Netflix, une révolution ? Pas si sûr…

Alors que l’offre Netflix est ouverte depuis ce week-end, de nombreuses personnes restent sur le banc de touche, doutant du véritable apport de ce nouveau venu sur le marché de la VOD (Vidéo à la demande). Et il y a de quoi douter, en effet.

Des prix alignés sur la concurrence

D’abord, l’offre à 7,99€/euros peut paraître peu chère, au prime abord. Mais en se penchant un peu sur le produit, on se rend vite compte que cette offre premier prix n’offre la possibilité de regarder les films Netflix que sur un seul écran, et dans une résolution somme toute assez moyenne. Pour accéder à 2 écrans et à la HD, il faudra alors débourser un euro de plus, et monter à près de 12€ pour 4 écrans en HD et Ultra HD. Rien de révolutionnaire dans les prix, donc, puisque les offrent existantes tournent toutes autour de ces tarifs.

Un catalogue un peu léger sur les films…

Ensuite parce que Netflix, en France, respectera la législation… française. Comprenez donc que, comme n’importe quelle autre plateforme de VOD, celle-ci ne pourra pas diffuser de films récents, du moins pas avant leur sortie officielle en DVD en France. Pire, il faudra plus de temps à un service par abonnement (SVOD) comme Netflix qu’à un service à l’unité (VOD) pour avoir le droit de les diffuser… Pour les films en streaming, l’américain est donc clairement à la traîne…

…Et sur les séries

videofutur-filmoIl mise donc tout sur son catalogue de séries, certes impressionnant, mais finalement disponible un peu partout, sauf pour les productions exclusives telles que Orange Is The New Black. Pire, certaines de ces séries originales à succès telles qu’House of Cards ne seront pas disponibles, puisque Netflix en avait déjà cédé les droits de diffusion exclusifs à Canal+…

Si l’on compare cette offre version française du géant américain avec les nombreuses offres françaises d’opérateurs ou chaînes TV (OCS, Canalplay…) ou de plateformes célèbres de VOD telles que Filmo TV, l’apport réel est donc bien moindre qu’attendu.
Bien sûr, la pierre est a jeter plutôt à la loi française en matière de culture, plutôt qu’à Netflix qui ne fait que s’y conformer, mais le résultat est le même : autant continuer avec nos bons vieux sites de VOD habituels, au moins le temps que le gouvernement se mette à la page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>